TSF



TECHNIQUE SERVICE FOURNITURE

Accueil

Menu informations
L'entreprise
Références
Informations
Actualités
Liens

Nous écrire

L’eau avant son utilisation nécessite souvent un «traitement» qui sera fonction de sa destination finale. Si l’eau distribuée dans les réseaux à subi un traitement qui la rend potable il est quelquefois nécessaire de conditionner cette eau en ajoutant des substances complémentaires afin d’apporter des remèdes à certains phénomènes qui apparaissent. Nous pouvons distinguer plusieurs traitements tels que:

TRAITEMENT DE L’EAU CHAUDE SANITAIRE (Haut de page) La protection des réseaux collectifs de distribution d’eau chaude sanitaire dans les immeubles collectifs concerne:

- Les propriétaires pour les conséquences financières souvent importantes résultant d’un manque d’entretien.
- Les gestionnaires et responsables de la maintenance dont la qualité des services est jugée sur les résultats obtenus et les budgets.
- Les occupants pour le confort que leur procure une eau correctement traitée.
Ce sujet est vaste et c’est pourquoi nous l’aborderons sur plusieurs parutions pour passer en revue de façon exhaustive les différents aspects qu’il recouvre. Deux phénomènes, différents peuvent apparaître dans un circuit d’eau sanitaire: -L’entartrage (dépôt de calcaire) qui se concentre aux points chauds et peut être mis en évidence facilement par un spécialiste.
-La corrosion provoquée par la présence d’oxygène dans l’eau, l’hétérogénéité des matériaux composant les circuits et les conditions de fonctionnement. Le développement de la corrosion peut aboutir à la perforation des canalisations. Le traitement des réseaux contre ces deux phénomènes se justifie pour deux raisons majeures : - Assurer la constance de la qualité de l’eau qui pourrait être affectée par la dégradation des canalisations et équipements.
- Réduire les investissements provoqués par l’altération des réseaux et optimiser les dépenses énergétiques Deux traitements sont utilisée pour lutter contre la formation de tartre : - La pose d’un adoucisseur en amont de la production d’eau chaude pour réduire le TH à 15° (en conformité avec la réglementation).
- L’injection de polyphosphates alcalins qui permettent d’effectuer une bonne protection des préparateurs d’eau sans pour autant modifier la dureté de l’eau. Cette solution perd une grande partie de son efficacité lorsque la température de l’eau dépasse 60°C et quand le temps de stagnation de cette eau dans les circuits est important. D’autre part l’utilisateur ne bénéficiera pas du confort procuré par l’eau adoucie puisque la dureté n’est pas abaissée. Par addition de silicophosphates (Marsil) un double traitement s’opère dans les circuits. Un film de silice se dépose sur les parois métalliques formant ainsi une protection contre la corrosion. Les polyphosphates inhibent le calcaire et bloquent ainsi la formation de tartre incrustant. Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’ensemble des équipements (bacs à réactifs, pompes doseuses, et compteurs) et produits de conditionnement (cristaux de polyphosphates, Marsil) utilisés dans le domaine de la protection des réseaux d’E.C.S.

CONDITIONNEMENT DES EAUX DE CHAUFFAGE (Haut de page) L'alimentation provient généralement du réseau d’eau de ville. Ces eaux contiennent des gaz et des minéraux qui les rendent impropres à leur utilisation dans les circuits de chauffage. Ces gaz et minéraux sont à l’origine de deux phénomènes : - L’entartrage
- la corrosion. Nous avons déjà évoqué dans l’article concernant l’E.C.S. le phénomène de l’entartrage. Il faut savoir que dans un réseau de chauffage, l’eau doit être adoucie à 0°TH car l’emploi d’une eau dure conduit toujours à la formation de carbonate de calcium. La présence sur l ‘acier utilisé pour les tuyauteries d’une couche d’oxydes de fer nécessite dès la mise en eau du réseau de prévoir l’injection de réactifs appropriés à la nature des matériaux constituants ce circuit. Selon les matériaux employés un traitement complet doit réunir les fonctions : - Réductrices de l’oxygène. - Alcalinisantes / phosphatantes. - Filmogènes de l’acier. - Dispersantes. En présence de cuivre le programme sera complété par l’adjonction d’un inhibiteur de cuivre.

CONDITIONNEMENT DES EAUX DE CHAUDIERES (Haut de page) Le traitement de l’eau utilisée pour la production de vapeur, représente l’une des branches les plus complexes de la chimie de l’eau. Dans une chaudière la vapeur produite par la température générée par le brûleur devrait être composée de molécules d’eau pure; or il n’en est rien. En fait elle contient des substances diverses dont du gaz carbonique provenant de la décomposition des carbonates et des gouttelettes de liquide (primage). D’autre part l’eau qui reste en partie basse de la chaudière se concentre en sels minéraux nécessitant des purges. Si l’eau n’est pas correctement traitée des phénomènes surviennent qui altèrent la fiabilité des matériels, perturbent leur fonctionnement et augmentent les coûts d’exploitation. Les principaux inconvénients résultant d’un manque de traitement ou d’un traitement imparfait sont : - L’entartrage.
- la corrosion.
- le primage. Les principaux traitements utilisés pour obtenir un bon résultat sont les suivants:Elimination de la dureté. La présence de calcium étant totalement proscrite, il faut obtenir une eau à TH 0° en utilisant un adoucisseur à résines échangeuses d’ions qui éliminent totalement les ions calcium et magnésium qui génèrent le tartre.
Contrôle des autres facteurs constitutifs de la minéralisation de l’eau. Dans les chaudières à pression intermédiaires ou si l’on est en présence d’eaux fortement carbonatées on combine alors adoucissement et décarbonation qui seront réalisés sur des résines cationiques régénérées à l’acide. Une élimination du CO2 par dégazeur est alors nécessaire. Dans le cas de chaudières à haute pression il est souvent nécessaire d’avoir recours à la déminéralisation des eaux d’appoint. Elimination des gaz dissous. On utilise généralement des dégazeurs thermiques à lavage de vapeur pour éliminer l’oxygène et le gaz carbonique, générateurs de corrosion. Pour compléter les traitements énoncés ci-dessus, et pallier à d’éventuels dysfonctionnement des appareils utilisés il faut également conditionner l’eau.Les produits antitartre et dispersant. Ils vont neutraliser les faibles quantités de calcium qui peuvent subsister malgré l’adoucissement et qui vont se précipiter en carbonate ou sulfate de calcium. D’autre substances tels que la silice ou les sels métalliques doivent être également neutralisés Les produits anticorrosion.Ces produits sont destinés à éliminer l’oxygène et neutraliser les ions H*. Cette neutralisation de l’hydrogène sera obtenue par l’élévation du pH par apport d’une alcalinité phosphatée plutôt que sodique; la soude ayant une action caustique. La neutralisation de l’oxygène sera obtenue par un conditionnement réducteur (hydrazine ou sulfite) Protection des réseaux vapeur condensat. Sous l’effet de la température, les carbonates et bicarbonates libèrent du CO2 qui se transforme en acide carbonique lorsqu’une condensation de la vapeur se produit. Pour éviter ce phénomène on injectera des réactifs pour conserver un pH des condensats compris entre 8.5 et 9 CONDITIONNEMENT DES

EAUX DE REFROIDISSEMENT (Haut de page) La nature des appareils à refroidir est extrêmement variée; on peut citer les principaux : Condenseurs et échangeurs thermiques, réfrigérant d’huile, d’air, de gaz, de liquides; moteurs, compresseurs... L’eau froide pénètre dans ces appareils et sa température s’élève par contact avec les parois chaudes. A la sortie, trois cas peuvent se présenter : Circuit ouvert (fig.1):


L’eau chaude est rejetée en rivière ou à l’égout.
Circuit fermé (fig.2) :

L’eau est refroidie par contact avec un fluide secondaire ( air ou eau) et retourne sans contact avec l’air aux appareils à refroidir.
Circuit semi-ouvert (fig.3) :

L’eau est refroidie par un évaporation partielle dans une tour atmosphérique, puis retourne aux appareils.

En règle générale trois phénomènes doivent être traités: - La formation de tartre,
- La corrosion,
- La prolifération d'algues et de bactéries.Selon le type de refroidissement rencontré, le traitement sera adapté en fonction des différents paramètres suivants :

- Eau adoucie ou non.
- Type de matériaux rentrant dans la constitution du circuit.
- Présence d’algues ou de bactéries.
- Formation de dépôts.
- Taux de concentration.
- Présence ou non d’une purge automatique....



L'eau douce en continu
 
Page précédentePage suivante
 

Accueil